NOTRE-DAME DE PARIS : LA PISTE ACCIDENTELLE RESTE PRIVILÉGIÉE

Deux jours après l’important incendie qui a en partie ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris en travaux, l’émotion reste immense. Des fragilités de la structure inquiètent toujours. Les pompiers de Paris qui ont fait face à d’immenses flammes, ont livré le récit de leur intervention héroïque. La piste accidentelle reste privilégiée.

LA PISTE ACCIDENTELLE AU COEUR DE L’ENQUÊTE

Selon les constatations effectuées par les premiers secours arrivés sur les lieux, l’incendie de très grande ampleur est «potentiellement lié» aux travaux de rénovation du monument. Une enquête a été ouverte pour «destruction involontaire par incendie».

 
 
Mardi matin, le procureur de la République de Paris avait indiqué que la piste accidentelle était privilégiée, une hypothèse hautement probable. «Des enquêteurs de l’identité judiciaire et du laboratoire central de la préfecture ont pu accéder à certains endroits du site et commencer leurs constatations», a indiqué mercredi le ministère public. «A ce stade, les investigations n’ont pas mis en évidence d’éléments désignant une origine criminelle» et «la piste accidentelle demeure privilégiée», a précisé le parquet qui, toutefois, «n’exclut aucune hypothèse».

Les enquêteurs avaient entamé dès la nuit de l’incendie les auditions des ouvriers travaillant sur le chantier.

LE RÉCIT DES POMPIERS DE PARIS

Les pompiers de Paris sont revenus mercredi sur les «9 heures d’engagement acharné» durant lesquelles ils ont lutté contre l’incendie de grande ampleur qui a ravagé une partie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. « C’est clair que si on n’avait pas été aussi rapides, les deux tours seraient tombées, c’est une certitude (…). A partir du moment où la toiture est partie, on a compris qu’on n’allait pas pouvoir enrayer facilement l’incendie» a témoigné l’adjudant-chef Philippe Demay, de la BSPP.

Le lieutenant Gabriel Plus a démenti une fake news massivement relayée sur les réseaux sociaux qui faisait état de la présence possible d’un membre des gilets jaunes dans la cathédrale. « Il s’agit du commandant des opérations de secours, qui portait un chasuble, sur lequel était inscrit commandant des opérations», a-t-il précisé.