Gilets jaunes : Emmanuel Macron et les vertus de la peur

Grâce aux Gilets jaunes, le président de la République a appris la peur. Reste à savoir s’il sortira de cette crise carbonisé… ou changé.

Vingt-trois millions de téléspectateurs ont donc regardé, lundi soir, Emmanuel Macron, leur tout nouveau président. Ils ont vu, de fait, un homme aux traits tirés et au teint que l’on devinait pâle sous le maquillage, il était grave autant qu’il avait pu paraître juvénile, humble plutôt qu’entraînant, sobre au lieu d’être transgressif. Un nouveau président devant lequel on ne pouvait que se demander s’il était carbonisé, gérant comme il pouvait une crise impossible à gérer avant de renoncer à prendre le moindre risque de récidive .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.